Jean-Loup Gagnon

Gagnon, Jean-Loup - Noir et Blanc - copie1Direction, clavecin

 Le parcours musical de Jean-Loup Gagnon se distingue par son éclectisme étourdissant. C’est par le disque que naît son amour indéfectible pour la musique. Dès son plus jeune âge, il écoute,  dévore, tel Gargantuas, tout le répertoire. Il commence à apprendre le piano au début de l’adolescence pour ensuite se lancer dans l’exploration de la musique électro-acoustique au Cégep de Saint-Laurent auprès de Michel Tétreault. Parallèlement, il débute sa formation en direction d’orchestre sous la tutelle de Jean-Philippe Tremblay et devient par la suite son assistant à l’Orchestre de la Francophonie de 2010 à 2012. Il participe également à des ateliers et des classes de maître à Cleveland et à Ottawa en direction d’orchestre. En août 2010, suite à une prestation de l’Orchestre de la Francophonie à la salle Pollack, le critique Claude Gingras écrivait: « Monsieur Tremblay confiait à son assistant Jean-Loup Gagnon, 20 ans, l’ouverture de Don Giovanni de Mozart. La baguette impérieuse tenue de la main gauche et l’accord initial où explose tout l’orchestre: ces saisissantes premières secondes et les minutes qui vont suivre ne laissent aucun doute sur le talent que nous avons devant nous: un nouveau Nézet-Séguin est peut-être né hier soir ! ». Il poursuit ses études à l’Université de Montréal où se mêlent musicologie, écriture musicale et clavecin, un instrument qui le fascine profondément et à travers lequel il sondera le gigantesque bassin du répertoire musical des 17ème et 18ème siècles. Il entre dans la classe de Réjean Poirier pour façonner son jeu et étudie la musique de chambre baroque avec Margaret Little. Il se perfectionne aussi auprès du claveciniste et organiste Luc Beauséjour au Conservatoire de musique de Montréal. Au Conservatoire, Jean-Loup est l’assistant d’Olivier Godin à la direction artistique de l’atelier d’opéra lors de leur production de Dido and Aeneas de Purcell en mai 2014. Ses recherches dans le domaine de la musique ancienne l’ont amenées à fonder un orchestre sur instruments d’époque, Les Lys naissants, en 2012, avec lequel il approfondit le maestro al cembalo, technique qui consiste à guider les musiciens tout en assurant la partie de clavecin. Il quitte sa mère patrie pour gagner l’Europe en 2014 afin de se spécialiser au Conservatoire Royal de La Haye, aux Pays-Bas, auprès de Patrick Ayrton et Fabio Bonizzoni avec lesquels il étudie le clavecin, le maestro al cembalo et la direction d’orchestre. Il dirigea et joua au sein de divers ensembles dans plusieurs villes des Pays-Bas, telles La Haye, Utrecht, Delft, Rotterdam, Voorschoten et Leiden, où il a été invité à diriger du clavecin un concert au Stadsgehoorzaal autour de la famille Stamitz. Malgré un vif intérêt pour les musiques du 17ème et 18ème siècles, Jean-Loup reste profondément attaché aux musiques des 19ème, 20ème siècles, ainsi qu’aux musiques d’aujourd’hui. Il a d’ailleurs dirigé le Pierrot Lunaire de Schoenberg avec Pauline Vaillancourt dans le rôle titre à la salle Claude Champagne en février 2012 et enregistré le concerto pour piano d’Alan Belkin avec Philippe Prud’homme.

 

 

Extrait

Contactez-nous

  • Montreal, QC